Revalorisation des terres excavées en substrat pour la végétalisation : le projet « Faiseurs de Terres »

Le projet « Faiseurs de Terres » est expérimenté sur le site de Lil'Ô, en Seine-Saint-Denis. Ce projet d'insertion par l'emploi permet une production de substrats fertiles à partir d'une formulation de mélanges issus du réemploi de matériaux (terre et bétons concassés issus de chantiers, compost issu de biodéchets…). Cette production sert ensuite de support de plantation pour certains aménagements paysagers, la plantation d’arbres ou des toitures végétalisées.


Enjeux d'adaptation

Faciliter la production de substrat et la livraison de terre végétale

Les projets de végétalisation nécessitent un apport de terre végétale, et recourent parfois à l’importation de terre végétale.

La production d’un substrat local issu de produits recyclés permettrait de limiter ces importations (20 millions de tonnes de terre sont importées dans les villes françaises) tout en permettant de répondre aux enjeux de débitumisation et d’expansion des zones de pleine terre.
 
Points forts
  • Réemploi des terres inertes excavées et de biodéchets
  • Mise en place d’un démonstrateur de reconstruction pédologique, situé sur Lil’Ô, à l’Île-Saint-Denis
  • Sensibilisation et l’information auprès du public
  • Un support de formation « Se former aux nouveaux métiers urbains de l’économie verte : Collecteur composteur et Faiseurs de Terres » 
Différents technosols sont expérimentés - © Clément Follet
Des technosols sont expérimentés - © Clément Follet
Description de la solution

Une réponse écologique aux besoins des projets d’aménagements paysagers

Domaine d’application : Espaces public et privé

Création de substrat fertile au niveau local


L’association Halage, mandatée par le département de Seine-Saint-Denis pour porter un projet écologique et social sur la friche industrielle de L’Ile Saint-Denis, s'est associée à Néo-Eco et ECT pour créer un premier démonstrateur et à Néo-Eco et Topager pour expérimenter la fabrication de substrats fertiles spécifiques pour les toitures.
 
Le projet, qui s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire des matériaux, poursuit deux objectifs :
 
  • Créer un substrat fertile 100% issu de produits recyclés (terre et bétons concassés provenant de chantiers, végétaux issus de biodéchets urbains)
  • Produire localement un support pour les projets de végétalisation du territoire et éviter ainsi l’importation de terre végétal

Le projet permet en effet le réemploi des terres excavées inertes, comme celles des travaux du Grand Paris Express, entre autres, et le réemploi de biodéchets sous la forme de compost : compost végétal, ou compost issu du compostage électromécanique des Alchimistes installés sur le site Lil’Ô.


Livraison de terre végétale adaptée aux besoins des plantations


Ce substrat va ensuite permettre de planter des arbres, végétaliser des toits, des espaces de voirie. C’est une ressource très demandée et nécessaire pour recréer des sols.

C’est également une solution pour les sols urbains compactés ne permettant pas de réguler les eaux de pluie ni de les filtrer.

Les substrats créés sont différents selon les besoins identifiés :
 
  • Les substrats pour les alignements d’arbres impliquent un substrat aéré avec un béton plus gros et en plus grande quantité, et compost plus riche en matière organique ;
  • Les substrats pour les toitures végétalisées sont très spécifiques : ils doivent être allégés, drainants, et pouvoir être mis dans des bacs ou sur les toitures ;
  • Les plantations d’arbustes ou les prairies nécessitent un substrat plus sableux, plus drainant qui utilise moins de matière.


Création d’emploi : la formation Faiseurs de Terres


Ce projet a également permis de lancer la formation Faiseurs de Terres, pour former des demandeurs d’emploi du département de Seine Saint Denis au métier de maître composteur. 

Cette démarche est portée par une réflexion sociétale, en partenariat avec l’Institut de Recherche et d’Innovation (IRI) et Bernard Stiegler. 

Lil’Ô est aussi un lieu propice à l’éducation au développement durable, et permet de faire évoluer les perceptions et stéréotypes relatifs à la  gestion des espaces verts et aux déchets urbains.

Expérimentation de la solution

Dans le cadre des projets d’aménagement portés par la SOLIDEO, Faiseurs de Terres leur a créé un nouveau démonstrateur à échelle industrielle afin de connaître les possibilités de retraitements des déchets issus des chantiers en substrat. 

La mise en place du démonstrateur rassemble un collectif de scientifiques et acteurs de l'économie symbiotique. Halage opère en effet déjà un projet avec un collectif de compétences de divers horizons (UPEC / IEES, IRD, Département de Seine-Saint-Denis), sur les questions de co-construction de savoirs scientifiques sur les technosols, financé par l’ADEME (Programme CO3).










































Co-bénéfices

Co-bénéfices environnementaux :

  • Solution aux problèmes de pollution de sols et de déchets urbains accumulés durant des décennies en périphérie parisienne.
  • Economie circulaire : la formulation des substrats prévoit le réemploi de déchets inertes non pollués caractérisés selon leurs spécificités physicochimiques et pour leur innocuité sur la croissance du végétal et sur la biomasse. L’ensemble des matériaux entrant dans la formulation est sélectionné en favorisant la production locale en circuit court afin de limiter l’impact carbone.

Co-bénéfices autres :

  • Création de nouvelles filières d’emplois : préfigurer des filières nouvelles, construire les écosystèmes et préparer les premiers salarié.e.s de ces filières en construction nécessite de faire un état des lieux de l’existant et d’imaginer demain. 

Complexité et contexte de mise en oeuvre

La création de substrat local nécessite de disposer d’une surface suffisante pour traiter, stocker, transformer la matière. Trouver du foncier qui accueille ce type d’activités est un enjeu pour le développement de l’activité. 
Coûts

Un modèle économique qui tend à être viable

Le projet a été soutenu par les collectivités, mais repose sur un modèle économique qui tend à être viable économiquement. En effet, de plus en plus de marchés publics imposent des substrats avec un certain taux de matériaux recyclés ou issus de circuits courts, ce qui permet d’avoir des débouchés viables. Des aménageurs veulent par exemple contractualiser avec le groupement pour l’achat de ce substrat.

Le démonstrateur Faiseur de terre sur Lil’Ô a été financé dans le cadre d’un financement Urbanisme transitoire de la Région et Métabolisme Urbain de Plaine Commune.

L’expérimentation de production de fourniture de 1500m3 de substrat de plantation pour le village olympique de Saint-Ouen et de Saint-Denis est financée dans le cadre d’un marché de la SOLIDEO.

L’expérimentation substrat toitures végétalisées Vitex-Sub réunissant Halage, Néo-Eco et TOPAGER est financée par l’Ademe. 


Retours utilisateurs-rices

Un substrat fertile, fruit d’une approche scientifique 

Halage constate que le substrat est fertile puisque des végétaux (légumes, prairies fleuries, arbustes et arbres) poussent.

Un des enjeux a été de travailler en prenant en compte la qualité des matériaux : que ce soit le béton, les briques, les caractéristiques des terres inertes excavées. La présence de scientifiques dans le groupement a permis de répondre à ces défis. Halage travaille avec de nombreux experts et chercheurs pour améliorer la qualité des substrats (choix de squelettes, plasma (argile) et matières organiques) afin d’obtenir une palette végétale plus vaste.

La présence d’experts de la réglementation en matière de traitement de matériaux et de déchets a aussi permis de faciliter le développement de l’activité.

En juin 2021, deux sessions de formations avaient déjà eu lieu et ont permis de former 24 personnes au nouveau métier de "Collecteur composteur et Faiseurs de Terres".

Site(s) pilote(s)


Contacts

Porteurs de projet : "Faiseurs de Terres" est un groupement en construction porté par l'association Halage avec Neo-Eco. L’expérimentation substrat toitures végétalisées Vitex-Sub réunit Halage, Néo-Eco et TOPAGER.
Partenaires financiers : Ademe, Plaine Commune, SOLIDEO, Région IDF
Nathalie BOITOUZET, 
Cheffe de projet Sols, 
Halage
Envoyer un e-mail

Ressources complémentaires


Exporter la fiche solution en pdf

Solutions similaires