Détecter les émissions de pollens en amont grâce aux pollinariums sentinelles

Les pollinariums sentinelles sont des jardins qui rassemblent sur un même site différents végétaux allergisants récoltés sur une région donnée. Grâce à une observation quotidienne de ces plantes, il est possible de détecter le plus tôt possible le début et la fin d'émission de pollens de celles-ci, et d’anticiper les alertes envoyées aux grand·es allergiques.


Enjeux d'adaptation

Identifier les risques d’allergies saisonnières

Ces jardins sont de nouveaux outils de surveillance des pollens. Dans un contexte de changement climatique où les saisons polliniques et les concentrations de pollens dans l’air évoluent et vont continuer à évoluer, la détection des émissions au démarrage du risque présente un intérêt pour les grand·es allergiques, qui sont ainsi prévenu·es plus en avance qu’avec les systèmes de surveillance classiques. En moyenne, 30 % de la population présente des risques allergiques. 
Points forts

Une solution à vocation scientifique et pédagogique

  • Solution basée sur la nature
  • Visée pédagogique du projet
  • Renforcer le dispositif de surveillance pollinique avec une détection précoce de la pollinisation
  • Renforcer l’information des Parisien·nes par des alertes quotidiennes et complémentaires 
jardin de fleurs allergisantes
Croquis de préfiguration du pollinarium Sentinelle® du Parc Floral à Paris 
 © Malorie Clair - Ville de Paris
A Laval, un pollinarium Sentinelle® a aussi été créé - © APSF
Description de la solution

Une démarche scientifique pour protéger plus efficacement les allergiques au(x) pollen(s)

Domaine d'application : Espace public

Ces dix dernières années, des Pollinariums sentinelles® ont été développés dans l’Ouest de la France.


A première vue, les Pollinariums® ressemblent à des jardins classiques. En réalité, ces jardins sont créés de toutes pièces afin de regrouper les principales espèces allergisantes de la région. Les plants des jeunes espèces sont collectés en pleine nature (ils ne sont pas cultivés), aux quatre points cardinaux autour de la ville selon une méthode rigoureuse développée par l’association (APSF). La liste des végétaux plantés doit être validée par des médecins allergologues locaux et des botanistes. Elle comporte en général une vingtaine d’espèces à risque pour les personnes allergiques.

Un collectif de jardinier·ères de 2 à 3 personnes est ensuite formé pour effectuer des observations quotidiennes et détecter les dates précises de début et fin d’émission des pollens pour chaque espèce. Ces informations sont ensuite saisies dans un logiciel dédié puis validées par l’APSF et transmises aux personnes allergiques et aux professionnel·les de santé par un bulletin d’alerte. L’ensemble du processus prend de 30 minutes à 1 heure par jour.

Une amélioration du système de surveillance des pollens


La particularité des Pollinariums® est qu’ils permettent de détecter les toutes premières émissions de pollens et d’anticiper au mieux la prise en charge des patient·es. Les dispositifs classiques de surveillance donnent quant à eux une information sur la concentration des pollens dans l’air tout au long de la saison pollinique, ainsi qu’un niveau de risque allergique. Les Pollinariums® et les dispositifs de surveillance classiques des pollens sont donc complémentaires.

Les systèmes de surveillance classiques des pollens (des capteurs volumétriques installés en toiture qui aspirent l’air à débit constant, et où les grains de pollens viennent s’impacter sur une bande adhésive récupérée une fois par semaine) permettent d’identifier les pollens présents dans l’air. À Paris, un capteur est situé sur le toit de l’Institut Pasteur (15e). Des comptages et identifications des pollens sont réalisés de janvier à octobre par un laboratoire du SPSE. Des bulletins allergo-polliniques sont ensuite diffusés sur le site Airparif, du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) et sur les panneaux lumineux de la ville.

Expérimentation de la solution

Plusieurs villes ont déjà leur Pollinarium sentinelle®. C’est le cas de Rennes, Brest, Vannes, Laval, Saint-Nazaire, Angers, Nantes, Cholet, La Roche-sur-Yon, La Rochelle, Sainte-Feyre, Limoges, Lanmary, et du Havre.

D’autres villes ont créé des sentiers polliniers dans la même philosophie pour faire des parcours pédagogiques. Ce type de jardins est plus simple à mettre en place que les Pollinarium sentinelles®.

La Ville de Paris développe de son côté un site au sein du Parc Floral du Bois de Vincennes.

Co-bénéfices

Co-bénéfices environnementaux :

  • Biodiversité
  • Santé & environnement  

Co-bénéfices autres :

  • Sensibilisation à l’environnement 

Complexité et contexte de mise en oeuvre

Ce projet prend du temps et implique de respecter un cahier des charges strict pour l’élaboration du jardin fourni par l’Association des Pollinariums sentinelles® de France (APSF), de trouver un emplacement adapté aux contraintes techniques pour le jardin, ainsi que les personnes formées et intéressées pour suivre et effectuer les observations quotidiennes. Une équipe solide de 2 à 3 jardinier·ères doit être formée pour effectuer les relevés quotidiens et un·e médecin référent doit valider les données.
Coûts

Frais d’implantation d’un jardin

La création d’un Pollinarium Sentinelle® nécessite d’adhérer à l’APSF et de signer un contrat de licence de savoir-faire et de marque.

  • Adhésion annuelle APSF : variable selon le nombre d’habitant·es (de 100 € pour les villes de moins de 25 000 habitant·es à 800 € pour les villes à plus de 200 000 habitant·es)
  • Redevance annuelle contrat de licence Pollinarium® : 100 €
  • Coûts de réalisation : 13 000 € (fourniture de matériels pour la création du jardin : tôles métalliques, dalles, fûts, billes d’argile, réseau d’arrosage goutte à goutte, etc.)
  • Couts d’exploitation du jardin à prévoir (temps personnel, mise à disposition de tablette ou ordinateur) 
Retours utilisateurs-rices

Un jardin implanté dans le Parc Floral du Bois de Vincennes

La Ville de Paris travaille sur le développement de ce projet depuis 2017 et l’a inscrit dans son Plan Paris Santé Environnement, ainsi que dans son Plan Biodiversité 2018-2024. C’est un projet porté par le Service Parisien de Santé Environnementale en partenariat avec le Service des Sciences et Techniques du Végétal et de l’Agriculture Urbaine. Le rapprochement entre ces services était primordial pour l’avancement et la concrétisation de ce projet, et a été initié dès 2018. Le projet a ensuite été porté par les adjointes à la Maire en charge de la santé et de l’environnement devant le Conseil de Paris qui a voté la délibération pour la création du Pollinarium® en septembre 2018.

En 2019, il a été nécessaire de trouver un site approprié pour accueillir le Pollinarium®. Trois sites ont été proposés à l’APSF, mais un seul a finalement répondu aux différents critères du cahier des charges de l’Association, celui du Parc Floral du Bois de Vincennes, qui a déjà une vocation pédagogique et des équipes de jardinier·ères disponibles.

La liste des végétaux a été établie en 2019 par le SPSE et validée avec les partenaires (9 arbres, 3 herbacées et 7 graminées). La collecte des plants en pleine nature a nécessité de nombreuses autorisations auprès des territoires concernés et s’est faite à différents moments de l’année. Les arbres ont été collectés à l’automne 2020, les herbacées et graminées au printemps 2021.

Les travaux d’aménagement ont été lancés début 2021. Une formation des agent·es à l’observation et l’entretien du Pollinarium est ensuite nécessaire. Le Pollinariums® du Parc floral entrera dans sa première année de test en 2022.

Les Pollinariums® peuvent aussi servir d’outils pédagogiques. À Paris, des animations autour du pollen et de l’allergie, ainsi que des visites du jardin pour sensibiliser la population seront organisées.

Les données sont publiques et partagées avec d’autres villes du territoire.

Dans la même thématique, la Ville de Paris souhaite aller plus loin en matière de prévention, notamment dans les choix de la végétation qui va être plantée dans le cadre des grands projets municipaux (forêts urbaines, rues et cours oasis, etc.). Les directions en charge de la santé et des espaces verts travaillent en collaboration sur plusieurs études pour répondre à ces enjeux. 

Site(s) pilote(s)


Contacts

Porteur·se du projet : Ville de Paris, Service Parisien de Santé Environnementale (SPSE) & Service des sciences et techniques du végétal et de l’agriculture urbaine (SSTVAU)

Partenaires : 
  •  Association des Pollinariums Sentinelles® de France
    Maison ouvrière des Batignolles, 30 boulevard des Batignolles, 44300
    Nantesapsf@pollinarium.com
    07 69 09 03 27 
  • Airparif, Agence Régionale de Santé Île-de-France

Contacts opérationnels :
Emilie DALIBERT
Ingénieur Microbiologie - Air
Service Parisien de Santé Environnementale
Envoyer un e-mail


Guillaume DEBORD
Technicien en charge du projet de Pollinarium®
Service des Sciences et Techniques du Végétal et de l’Agriculture Urbaine
Envoyer un e-mail

Ressources complémentaires


Exporter la fiche solution en pdf

Solutions similaires